?>
Publicités

evecadieux

evecadieux

Arts visuels

Site web

Description

Née à Montréal, Ève Cadieux vit et travaille à Québec. Artiste et commissaire, elle a obtenu un baccalauréat en art visuel & histoire de l’art, suivi d’une maîtrise en histoire de l’art de l’Université de Montréal (1999). L’artiste expose au Québec et à l’étranger. Sa série Les Antres fait partie de l’exposition itinérante Obra Coleccion. El artista como coleccionista, commissariée par Joan Fontcuberta et jusqu’à maintenant présentée à Barcelone (Foto Colectania), à Valladolid (Sala San Benito) et à Almeria (Centro Andaluz de la Fotografia). Parmi ses expositions individuelles, citons Games and Remains (Gallery 44, Toronto), Le Costumier (La chambre blanche, Québec), Traquer les trépas (Galerie José Martinez de Lyon & Galerie Yergeau de Montréal), Cabinet d’un imposteur sincère (La Station, Nice), Les Antres (Galerie José Martinez, Lyon) et Les Lieux-valises (Occurrence, Montréal). Ses œuvres font notamment partie de la collection Prêts d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec, de la collection Loto-Québec et de la collection du Musée d’art de Joliette. Le travail d’Ève Cadieux est souvent photographique. Sa pratique est également tournée vers l’art infiltrant et contextuel. Explorant une fascination toujours grandissante pour les objets glanés au fil du temps, elle réserve une place prépondérante à l’écrit par le biais de l’installation et du livre d’artiste. Elle publiait entre autres Caramellia et Les Lieux-valises [trois cahiers].

Démarche artistique

Nous l’assumons somme toute avec aisance : notre espace-temps est celui des contacts indirects mais rapides et planétaires, de l’archivage virtuel presque sans frontière et d’une consommation boulimique des nouveautés technologiques et autres voies de l’avenir. Est-ce donc si fou et si décalé de questionner aujourd’hui l’impermanence accélérée des lieux, des choses, en tentant de poser des temps d’arrêt sur ce qu’on a été ? J’ai définitivement cette manie de vouloir conserver les mémoires collectives, entre autres pour tenter de repousser les fins latentes. Et j’espère récupérer, par un travail photographique, installatif et/ou infiltrant, les malheureuses mises aux oubliettes faites au profit d’un monde supposément raisonnable, performant et individuellement confortable. Dans mon quotidien et ma pratique artistique, j’accumule des objets plus ou moins triviaux. Pour des projets récents, les objets utilisés sont ceux que l’on boude (ou que l’on boudera bientôt) parce que de nouveaux produits les ont rendus désuets. Je m’intéresse à l’archivage, à la collection et aux recherches archéologiques : je réalise des images, des installations parfois sculpturales, des projets contextuels, des livres et autres fanzines qui sont dépendant de choses et de lieux chargés de vécus, parfois oubliés, et dont je provoque un recommencement.

Nos partenaires